Karen Gaillard

Depuis petite, je baigne dans le monde de l'automobile grâce à mon père, qui a commencé le karting à l'âge de 17 ans. A l'inverse des filles de mon âge jouant à la poupée, je passais le plus clair de mon temps avec mes petites voitures télécommandées. Tous les dimanches, sur les genoux de mon père, nous regardions la F1 à la télévision. J'adorais le suivre et l'espionner dans son garage pour voir ce qu'il faisait. Ses nombreuses coupes qui y étaient exposées ont tout de suite attisé ma curiosité. J'ai également eu l'opportunité de voir mon père concourir et je voulais absolument l'imiter. J'ai attendu patiemment jusqu'à mes 15 ans pour pouvoir prendre part à ma première course. Par la suite, je me suis rendue tous les mardis à Payerne pour des sessions en karting de location. Mon plaisir au volant augmentait à chaque séance et mon chrono diminuait à vue d'oeil.

En 2017, j'ai eu l'occasion de conduire pour la première fois un kart de compétition, un X30 plus précisément. Au départ de ma course ce jour-là, je me rappelle m'être demandée : "Mais qu'est-ce que je fais là ?". Cependant, une fois la ligne d'arrivée franchie, je n'avais qu'une envie : participer à une nouvelle course. La passion s'est emparée de moi et n'est plus jamais partie. La vitesse, l'adrénaline, cette pression constante née du sentiment que tout peut arriver jusqu'à la ligne d'arrivée, comptent parmi les nombreuses raisons qui me font adorer ce sport. J'ai également une affection particulière pour l'ambiance dans les paddocks ainsi que pour la relation entre le pilote et le mécanicien. 

Conduire la Cupra TCR représente sans doute l'un des moments les plus marquants de ma jeune carrière, j'étais littéralement en apnée. Lorsque j'ai démarré le moteur, j'ai immédiatement été impressionnée par son bruit assourdissant, je n'entendais même plus le coach assis à mes côtés. L'accélération a été sensationnelle, tout comme le freinage. Que de sensations fortes ! 

Plus que jamais, je suis prête à travailler dur pour mettre toutes les chances de mon côté et réussir à faire de cette passion mon métier. Être une femme dans ce monde typiquement masculin constitue pour moi un défi réjouissant que je me sens évidemment en mesure de relever !  

Karen
Ce site internet utilise des cookies. En utilisant ce site internet, vous consentez à l'utilisation de cookies. Informations sur la protection des données