Espace bien exploité

Essai Ford Kuga 2.5 Plug-in-Hybrid

Les concepteurs de la troisième génération de la Ford Kuga, présentée en 2008 pour la première fois et vendue depuis en Europe plus d’un million de fois, ont puisé abondamment dans la boîte technique disponible. Ils ont mis sur le marché un SUV qui se place dans la première ligue de sa catégorie et dépasse son prédécesseur à tous égards.

La nouvelle Kuga est conçue sur la nouvelle plateforme C2 de la Focus actuelle. Comparée à la version antérieure, elle a été allongée de neuf centimètres pour atteindre 4,61 m maintenant, et elle a été élargie de quatre centimètres. Malgré tout, il pèse 90 kg de moins. L’empattement aussi a été augmenté de deux centimètres à 2,71 m, ce qui signifie nettement plus d’espace pour les passagers et les bagages dans la nouvelle version. Les sièges arrière peuvent être déplacés et assurent ainsi une flexibilité encore plus grande. 

Le 4x4, c’est pour plus tard  

Par rapport à la version antérieure, il n’y a pas que le design de la 3ème génération qui semble plus épuré et plus sportif. La tenue de route également est devenue plus dynamique. Grâce au châssis plus léger et plus rigide – qui pour autant ne concède rien en confort – la Kuga a une excellente tenue de route. Toutefois, la propulsion s’effectue par les seules roues avant, ce qui ne constitue pas vraiment un avantage en Suisse où plus de 50 % notamment des acheteurs se sont décidés pour une traction intégrale. Pour pouvoir acheter une Kuga hybride 4x4, il faudra patienter jusqu’à la fin de l’année. L’hybride complet (c’est-à-dire sans possibilité de recharge externe ni prise) se base également sur le moteur à essence de 2,5 litres.

Moins de cinq litres: tout à fait réaliste  

Avec sa version Plug-in, Ford compense aisément cette imperfection temporaire. Le moteur à essence de 2,5 litres et quatre cylindres fonctionne en conjonction avec un moteur électrique de 14,4 kWh. La puissance du système atteint les 225 CV (165 kWh) très respectables. Avec une batterie chargée à bloc, vous effectuerez jusqu’à 56 km en mode tout-électrique. Et même si la Kuga n’est pas branchée au réseau électrique, son propriétaire est gagnant. Même avec des batteries « vides », grâce à une bonne récupération, quelques kilomètres d’autonomie électrique sont disponibles. Lors de nos parcours d’essai, sans jamais avoir rechargé la batterie, nous avons réussi à parcourir 225 km sur les 422 km au total sans émission aucune. Cela représente presque 50 % et s’explique par le fait que le système hybride utilise la traction électrique de manière optimale. La consommation mixte de 5,3 l/100 km nous paraît modérée pour ce SUV qui pèse tout de même plus de 1,8 tonnes. Si la batterie avait été chargée à chaque fois, nous aurions sans doute consommé bien moins de 5 litres.

Ambiance de bien-être

Le conducteur et son passager avant voyagent sur des sièges confortables à réglage électrique. Le soutien latéral n’est pas optimal, mais les dossiers offrent un soutien dorsal agréable. Le volant tient bien dans la main, peut être chauffé et s’ajuste aussi bien en profondeur qu’en hauteur. Les ceintures de sécurité peuvent être réglées en hauteur. Derrière le volant, le conducteur aperçoit un écran numérique de 12,3 pouces, facile à lire, dont la disposition peut être configurée librement.  

Le tableau de bord est dominé par l’écran tactile de 8 pouces, familier aux propriétaires d’une Focus, qui n’est toujours pas champion de sa catégorie, mais au moins très bien positionné et facile à lire. Dans la zone inférieure, les touches de sélection directe sont facilement accessibles. Étant parfaitement dans l’air du temps, la Focus offre Android Auto et Apple CarPlay. Grâce au chauffage du pare-brise, la vue reste dégagée même par temps froid. Pour faciliter les manœuvres, on peut compter sur les caméras fixées à l’avant et à l’arrière. Malheureusement, la vue à 360 degrés n’est pas disponible.

Nous trouvons regrettable aussi que les informations de l’affichage « tête haute » ne soient projetées que sur une petite vitre et non pas sur le pare-brise, ce qui laisse un arrière-goût de « bon marché ». Par contre, le grand toit panoramique en verre laisse entrer beaucoup de lumière. Ford a aussi accompli des progrès en matière de connectivité. La nouvelle Kuga dispose du modem FordPass Connect moderne qui transforme le véhicule en un hotspot Wifi pouvant accueillir jusqu’à dix dispositifs terminal simultanément. Le système de données de trafic en temps réel (Live Traffic) facilite également la planification des itinéraires.

BILAN

Avant de se décider pour l’achat d’un des traditionnels leaders de cette catégorie tels que la VW Tiguan, la Hyundai Tucson, l’Opel Grandland X ou la Mazda CX-5, il faudra faire un essai sur route avec la Ford Kuga. Avec la version hybride rechargeable notamment, les constructeurs de Cologne ont élaboré une alternative intéressante. Si vous ne voulez ou ne pouvez pas renoncer à un véhicule à quatre roues motrices, vous devrez patienter un peu. Sur les quelque 500 km effectués avec la voiture test, la version hybride rechargeable de la Kuga nous a convaincu – en termes de consommation de carburant tout comme en termes de performances de conduite, d’espace disponible et de qualité des finitions.

Texte: Markus Rutishauser

Ce site internet utilise des cookies. En utilisant ce site internet, vous consentez à l'utilisation de cookies. Informations sur la protection des données