Pas de démission, mais un nouveau rôle à assumer – pour que la fascination de la course perdure

07.07.2022

Au cours des 20 années de mon activité dans le championnat du monde moto, la présence médiatique du sport mécanique a beaucoup évolué.

Il a certes fallu du temps jusqu’à ce que l’interdiction d’organiser des courses en circuits en Suisse soit tombée, fin juin 2022. Néanmoins, durant cette période, nous avons pu assister à une médiatisation croissante du sport et à l'augmentation de l'intérêt général pour les motos et la course en général.

Entre-temps, la Suisse a eu le privilège de voir cinq de ses pilotes au total évoluer dans le championnat Moto2 – une période qui a incité la télévision suisse et beaucoup d’autres médias à offrir une plateforme au sport de motocyclisme et à s’engager de manière régulière dans le déroulement des courses. Malheureusement, les choses ont changé de nouveau. Je me suis retiré du sport actif, d’autres champions suisses tels que Dominique Aegerter et Randy Krummenacher restent actifs, mais ne sont plus au niveau du Grand Prix. Le fait que nous n'ayons pas réussi à faire entrer un autre Suisse au moins dans le championnat Moto3 - et encore moins dans le championnat Moto2 - n'est pas seulement regrettable du seul point de vue sportif. Cela signifie avant tout que l’intérêt général aux retransmissions dans les médias est en baisse et que nous devons trouver les moyens pour maintenir cet intérêt à un haut niveau – en attendant d’arriver à hisser Noah Dettwiler et d’autres jeunes talents à un niveau qui leur permettra d’évoluer sur les circuits.

Ce n’est pas si simple que cela de relever ce défi, car le public ne souhaite pas de voire des transmissions de sport en général. Il veut plutôt voir des héros et soutenir ses propres pilotes au plus haut niveau. Tant que nous ne pouvons pas lui offrir cela, je veux faire tout ce qui est possible de mon côté pour maintenir le lien entre la Suisse et le monde international du sport mécanique. Heureusement, à l’heure actuelle, mon double rôle de directeur sportif de l’équipe PrüstelGP en championnat du monde Moto3 et mon support au championnat Moto GP et aux courses de MotoE par la modération sur la chaîne suisse allemande, je peux y apporter ma contribution. J’espère qu’un large public arrivera à partager ma passion et que je puisse faire découvrir le monde fascinant du sport mécanique aux personnes qui se trouvent devant leur téléviseur. C’est au seul moyen de maintenir cette fascination que nous réussirons à réintroduire au plus vite une présence suisse dans le cirque Grand Prix et à instaurer et utiliser par la même occasion une plateforme pour notre sport.

Bien à vous,
Tom Lüthi, Ambassadeur ACS

Ce site internet utilise des cookies. En utilisant ce site internet, vous consentez à l'utilisation de cookies. Informations sur la protection des données