Le retour de la moto de voyage

Essai Honda NT 1100

Honda revient sur ses vertus du passé et lance à nouveau une moto de voyage classique. La Honda NT 1100 est basée sur l’Africa Twin et, à la demande, change de vitesse automatiquement.

L’Africa Twin appartient à une catégorie de motos qui est aussi appréciée comme le sont les SUV pour les véhicules à quatre roues. Le charme du tout-terrain allié à une position d’assise surélevée, du confort en abondance et beaucoup de place pour le rangement – cela séduit aussi sur deux roues.

Polyvalente et chic

La NT 1100 est une moto moderne, idéale pour effectuer de longs trajets, pas compliquée, aux performances souveraines et dotée d’une certaine élégance. Une moto polyvalente et chic au front original et fier, faite pour des voyages élégants et un plaisir de conduite cultivé au quotidien. Et… c’est d’une certaine manière aussi une déclaration ambulante en termes de design ! Elle n’est ni aventurière ni baroudeuse, mais plutôt un gentleman doté d’un esprit pratique. La dernière Honda de ce gabarit s’appelait NT 650 V Deauville et a été construite jusqu’en 2005.

En ayant l’Africa Twin comme modèle, cette nouveauté dans le monde des voyageurs sur deux roues est principalement faite pour de longs parcours. De nombreuses parties identiques à sa "soeur" confèrent à la NT un statut de moto aboutie dès le départ. Le cockpit (TFT 6,5 pouces avec un écran supplémentaire), la connectivité (Apple Carplay & Android Auto), les éléments de commande et même les clignotants sont identiques. Le cadre et le réservoir ont été légèrement modifiés et adaptés aux nouvelles exigences des voyageurs. Le même principe s’applique à l'ergonomie et le moteur éprouvé. Par contre, aucune trace d'imitation!

Avec boîte à double embrayage

Le bicylindre en ligne de 1’084 cm3 développe 102 CV à 7’500 tr/min et 104 Nm à 6’250 tr/min. Si le client le souhaite, la nouvelle Honda peut être livrée avec la boîte de vitesses à double embrayage DCT (Dual Clutch Transmission) en option - ce qui demeure une caractéristique unique sur le marché. Sur tous les modèles DCT, le changement de vitesse peut être actionné manuellement à l’aide de deux leviers qui se trouvent à gauche du guidon. Grâce à de nouveaux algorithmes, les changements de vitesse sur la NT s’effectuent désormais encore plus en douceur. Cela correspond parfaitement bien au caractère placide et noble de cette moto dynamique.

Sur le papier, la vitesse maximale est de 200 km/h. Consommation officielle : 5,0 l/100 km. La réalité se situe plutôt autour des 5 ½ - 6 litres. Selon le mode de conduite, le réservoir de 290 litres suffit donc aisément pour effectuer 330 à 400 kilomètres. De telles étapes ne posent aucun problème grâce au siège confortable en deux parties (en option). La moto est aussi agréablement silencieuse : le bruit du moteur est de 74 à 78 dB(A), selon le mode de conduite. À l'arrêt, la NT1100 émet fièrement 94 dB(A).

Cinq modes de conduite

Sur la route, comme on pouvait s’y attendre, la Honda de voyage fait bonne figure. Deux disques de 310 millimètres à l'avant et l'ABS à deux canaux ralentissent avec précision et efficacité. Le contrôle wheelie de série maintient la roue avant de 17 pouces au sol, même à pleine charge. Honda a équipé la NT 1100 de cinq programmes de conduite électroniques. Trois sont configurés (Urban, Tour, Rain), et pour deux d'entre eux, le conducteur peut choisir de composer lui-même le mélange d'ingrédients tels que le frein moteur et la puissance sur le tableau de commande richement doté situé à gauche. Comme à l’accoutumée, la DCT dispose d'un mode de fonctionnement "D" et d'un mode "S" à trois niveaux. Réponse immédiate de l'accélérateur, rétrogradation automatique et rapide lors du freinage avant les virages et les épingles, montée en régime gaillarde - selon la position de la poignée des gaz, la boîte DCT s'occupe de tout cela toute seule et au bon moment. De ce point de vue, la boîte de vitesses classique à six rapports paraît être le moins bon choix.

Les coffres latéraux contiennent 33, respectivement 32 litres (à droite) de bagages. Ils sont livrés de série, tout comme la béquille principale, le porte-bagages, les poignées chauffantes, l'éclairage entièrement LED et le régulateur de vitesse. La forme plate des coffres amovibles est plaisante, mais on ne peut pas y déposer son casque. Pour éliminer ce problème, un top-case (50 l) est disponible en option. Si vous ajoutez le sac à dos du réservoir, on atteint solidement les 120 litres. Honda a réalisé de manière exemplaire une protection contre les intempéries. Des déflecteurs transparents protègent les mains et même en cas de pluie persistante, les bottes restent sèches, tout comme les tibias majoritairement – nous l’avons expérimenté lors de notre essai. Ces deux caractéristiques sont à mettre au crédit du carénage filigrane du moteur.

Trois couleurs seulement

La position de conduite est parfaite : bras écartés, torse bien droit, angle des genoux détendu. Dans le meilleur sens du terme, le conducteur s’intègre bien à la machine. Pour ce faire, il consulte un écran, configurable à plusieurs niveaux, qui se charge également du guidage routier grâce à l'intégration du smartphone. La Honda NT 1100 avec boîte de vitesses classique à six rapports coûte CHF 14'250.-. Le choix des couleurs est plutôt du genre conservateur : gris, noir et blanc. Là encore, la relation avec l'automobile est évidente : depuis des années, en termes de préférence des peintures, ces couleurs sont en tête des ventes.

BILAN

Avec la NT 1100, Honda comble une lacune dans l’univers de la moto dédiée aux belles aventures. Elle s’adresse tout spécialement aux conducteurs qui souhaitent une puissance suffisante, une maniabilité aisée, un confort sur de longues distances et une technologie fondamentalement moderne - mais qui, en revanche, ne veulent pas forcément du visuel ou des dimensions des motos ADV (aventure) typiques.

Texte  Ralf Bielefeldt / Images Usine

Ce site internet utilise des cookies. En utilisant ce site internet, vous consentez à l'utilisation de cookies. Informations sur la protection des données