Promouvoir la conduite automatisée

18.03.2022

S’asseoir dans sa voiture, faire pivoter le siège et travailler sur son ordinateur portable, alors que le véhicule se déplace seul de A à B… La conduite automatisée va-t-elle nous le permettre à l’avenir ? L’automatisation avance à grands pas et nous permet de rouler sans stress aujourd’hui déjà. Dans le cadre de la révision de la loi sur la circulation routière, le Conseil fédéral souhaite donc règlementer par la loi les bases de la promotion de la conduite automatisée.

L’inscription dans la loi des bases visant à règlementer la conduite automatisée, prévue par le Conseil fédéral, est fortement saluée par l’ACS. En effet, il s’agit non seulement de l’automatisation à proprement parler, mais bien de notre mobilité future. Une mobilité fonctionnelle est la condition préalable à une économie florissante. De plus, elle est indispensable pour gérer la croissance démographique. Le trafic individuel motorisé est fréquemment accusé de pollueur. On oublie cependant que le développement technique accompli par l’industrie automobile au cours des vingt dernières années a permis de réduire de 49 pourcent les émissions par kilomètre parcouru.

L’ACS soutient la promotion de la conduite automatisée principalement pour les raisons suivantes: d’une part, elle permet d’augmenter davantage encore la sécurité routière et, d’autre part, elle aboutira à une utilisation optimale de l’infrastructure routière. Dans ce sens, sa contribution en faveur de l’environnement est précieuse.

Les articles de la loi en référence à la conduite automatisée ont d’ores et déjà été discutés de manière controversée au sein de la commission des transports du Conseil national. La discussion animée s’est prolongée lors des débats tenus au cours de la session de printemps 2022 du Conseil national. Divers membres du Conseil, principalement la fraction des Verts suisses, se sont opposés au projet de loi en présentant diverses propositions de minorité. Sous prétexte d’un appel pour une meilleure sécurité routière et une mobilité respectueuse du climat, les revendications auraient pu mener à une véritable interdiction de la réflexion et de la technologie. Pourtant, pour garantir la sécurité routière et une mobilité aussi respectueuse que possible du climat à l’avenir, le développement technologique doit être accéléré. Pour ce faire, les bases législatives réglant l’utilisation de véhicules automatisés constitueront un pilier important.

Au sein de la commission des transports du Conseil national déjà, l’ACS s’était engagé pour que cette partie de la loi révisée sur la circulation routière puisse s’appuyer sur une majorité. Avant la session de printemps, nous avons fait remettre aux parlementaires bourgeois une prise de position dans ce sens. Nous sommes donc satisfaits qu’au final - et malgré la discussion enflammée - les divers articles de loi traitant de la conduite automatisée aient été adoptés par une nette majorité du Conseil.

Pour finir, voici une autre bonne nouvelle : lors de la révision de la loi sur la circulation routière, la levée de l'interdiction des courses circuit en Suisse, vieille de plus de 60 ans, était également à l'ordre du jour. Il va de soi que l’ACS s’était engagé en faveur de cette levée d’interdiction. D’une part, la course automobile est ancrée dans l’ADN de notre club et, d’autre part, elle constitue un pilier important du développement technologique de différents systèmes de propulsion et d'automatisation. À notre grande satisfaction, la majorité du Conseil national s’est prononcée pour la levée de l’interdiction des courses sur circuit.

Vous pouvez compter sur notre vigilance par rapport à ces deux thèmes. Au cours de la prochaine consultation au Conseil des États, nous nous engagerons également pour que ces dispositions de la loi révisée sur la circulation routière trouvent une majorité auprès des membres du Conseil.

Ce site internet utilise des cookies. En utilisant ce site internet, vous consentez à l'utilisation de cookies. Informations sur la protection des données