Sécurité routière

Le boom des vélos électriques

Depuis quelques années, le nombre de vélos vendus ne cesse de croître. En 2020, l’année de la pandémie, le vélo électrique a vécu un véritable boom. Les vélos électriques SUV (Sport Utility Vehicle) étaient particulièrement prisés. En 2021, la vente de vélos motorisés a augmenté de 9,4 % supplémentaires pour atteindre 187'302 unités au total. Environ 306’000 vélos non motorisés ont été vendus.

De toute évidence, se déplacer à vélo est tendance. Entre 2016 et 2021, la vente de vélos (y compris vélos électriques) a progressé d’environ 65 % et a passé de 300'000 à 500'000 unités. C’est donc tout à fait logique que sur les routes suisses, il y a de plus en plus d’accidents impliquant des bicyclettes. L’année passée, 17 personnes ont perdu la vie en roulant avec un vélo électrique, 531 ont été grièvement blessées. Ce sont des chiffres jamais atteints auparavant, malheureusement. Les accidents impliquaient surtout des vélos électriques avec assistance au pédalage jusqu’à 25 km/h. Dans cette catégorie, le nombre de blessés graves a progressé d’environ 43 %. Pour les vélos électriques rapides (avec assistance au pédalage jusqu’à 45 km/h), le nombre de cyclistes ayant subi des blessures graves a progressé de 7 %. (Source : bpa Bureau de prévention des accidents).

Différentes causes

Les raisons de ce nombre croissant d’accidents sont d’origines diverses : d’une part, l’optimisation des infrastructures, devenue nécessaire par suite de la densité croissante du trafic, et d’autre part des composants liés à la sécurité des cyclistes eux-mêmes.

En mars, le Parlement a adopté la loi sur les voies cyclables. À l’avenir, les cantons seront donc responsables de la planification et de la construction de réseaux de voies cyclables sûrs. La sécurité de l’infrastructure peut être instaurée durablement si le trafic motorisé est séparé du trafic cycliste et si les deux groupes d’usagers de la route ne sont pas entravés en s’insérant dans le trafic fluide.

Nouvelle règle de circulation

Depuis le 1 er avril 2022, tous les vélos électriques circulant sur la voie publique doivent rouler avec des feux de circulation diurnes. En raison des dispositions relatives aux feux diurnes, il suffit d’allumer les feux à l’avant seulement pendant la journée. Nous recommandons cependant d’allumer toujours les feux à l’avant et à l’arrière, car la visibilité s’en trouve considérablement améliorée. Toutefois, les prescriptions d’équipements concernant les dispositifs d’éclairage pour les vélos électriques restent inchangées – les vélos électriques doivent porter au moins une lumière immobile éclairant en blanc à l’avant et en rouge à l’arrière.

Cours de vélo électrique recommandé

Par rapport à l’utilisation d’un vélo normal, conduire un vélo électrique peut poser quelques difficultés. En comparaison avec un vélo normal, l’équipement technique et la batterie font augmenter le poids d’un vélo électrique de manière signifiante. La distance de freinage est donc plus longue, également sur route mouillée. Nous vous recommandons de suivre un cours de vélo électrique qui vous fera pratiquer le freinage, la conduite à une main pour donner des signes et bifurquer et vous fera progresser en dextérité. Dans tous les cas, suivre un tel cours est toujours bénéfique (voir Flyer avec exercices pratiques et sortie d’application à travers l’Emmental. Informations sur www.flyer-bikes.com/de-ch/individualangebote).

Pédaler en étant bien protégé

Avec l’assurance ACS Bike Assistance, vous pouvez rouler tranquille : pour CHF 45.- seulement par an, votre vélo conventionnel ou votre vélo électrique est assuré avec assistance sur place en cas de panne et accident. Cette offre est valable en combinaison avec une affiliation en tant que membre ACS et valable pour toutes les personnes d’un même ménage.

images : zVg
Texte : Anita Brechtbühl

Ce site internet utilise des cookies. En utilisant ce site internet, vous consentez à l'utilisation de cookies. Informations sur la protection des données