SUV poids lourd à consommation modérée

Ford Explorer Plug-in-Hybrid ST-Line

Après une pause prolongée, Ford revient sur le marché européen avec le SUV Pionier Explorer - et contredit apparemment les lois de la physique. Le SUV 7 places - lourd de quelque 2,5 tonnes développant 457 CV - se contenterait, selon le constructeur, de 3,1 l d’essence seulement pour 100 km. Nous l’avons vérifié.

Cette valeur est atteinte par la combinaison des propulsions électriques et à combustion ainsi qu’avec la méthode de mesure/homologation WLTP qui, pour ces modèles, s’avère être passablement irréaliste. Comme tous les hybrides rechargeables, la Ford Explorer aussi ne peut pas tenir ces promesses faites sur un banc d’essai. En conduite modérée, la consommation moyenne s’affiche avec 6,6 litres et sur l‘autoroute, la valeur passe rapidement à deux chiffres. Pour autant, ce ne sont pas des valeurs trop mauvaises pour un SUV classique d’outre-Atlantique.

L’autonomie annoncée de 42 kilomètres en mode électrique est toutefois atteinte - à condition que le chauffeur s’efforce de manier le couple massif de 825 Nm avec circonspection. Cette retenue n’est pas chose facile, car malgré les dimensions et le poids du véhicule, le déploiement des forces de ce 4x4, encore et toujours, donne le sourire au conducteur.

Glissement confortable

Le territoire de l’Explorer est composé de paysages vastes, de routes ouvertes bien aménagées et d’autoroutes - bref d’un environnement où le « Way of Drive » américain peut être vécu. C’est ici que l’Explorer déploie ses forces. Conducteur et passagers sont logés dans un habitacle généreux et silencieux aux sièges en cuir confortables chauffants (et massants !) et une boîte automatique à dix vitesses discrète et efficace fait glisser les 2,5 tonnes sur l’asphalte.

Bien que l’Explorer puisse atteindre les 230 km/h, elle est plus à l’aise entre 160 et 180 km/h. Du départ arrêté jusqu’à 100 km/h, six secondes seulement s’écoulent et même lors d’accélérations intermédiaires, l’Explorer est tout sauf lourdaude et surprend même par une traction dynamique vers l’avant. L’installation audio haut de gamme de Bang et Olufsen s’occupe du divertissement pour chauffeur et passagers et la climatisation à deux zones procure une ambiance intérieure agréable. L’Explorer n’est pas avide de virages tel un SUV sportif - ses dimensions sont bien trop importantes et le châssis est axé sur le confort -, mais elle accompagne ses passagers très agréablement sur de longues distances et, s’il le faut, réduit ses émissions à zéro sur des déplacements courts.

Une batterie au lithium/ion de 13,6 kWh alimente un moteur électrique de 102 CV (75 kW). Elle peut être rechargée en quelque quatre heures et demie à une station de recharge. La recharge au moyen d’une prise 230 Volts est complétée après environ six heures. De plus, les réserves énergétiques peuvent être rechargées en roulant, et l’énergie électrique est stockée. En outre, comme pour tous les modèles hybrides, afin de prolonger l’autonomie électrique d’un ou de plusieurs kilomètres, l’énergie de freinage est convertie en électricité. En général, l’autonomie en mode électrique pur avec une recharge de batterie est d’environ 42 kilomètres.

Sept modes de conduite

Dans l’hypothèse plutôt improbable que l’Explorer s’aventure dans la nature, sept modes de conduite au total sont à disposition - allant de givre à neige en passant par sable et pentes. Sans conteste, l’Explorer déploie ses qualités tout-terrain si elle est appelée à tracter et tirer les 2’500 kg attelés. Et elle s’attire les sympathies quand des personnes se voient confrontées à un problème de transport difficilement soluble… sièges arrière abattus, le SUV devient une fourgonnette pour le petit déménagement entre amis ! C’est simple : tout est de taille supérieure par rapport à d’autres représentants de sa catégorie.

Du point de vue de l’équipement, les responsables de chez Ford ont été plutôt généreux. Dans la version Platinium (CHF 78'800.- au moins), de précieux assistants électroniques sont à bord. Citons cet assistant, proposé pour la première fois en Europe, qui reconnaît des obstacles (d’une taille supérieure à 28 cm) à l’arrière et qui freine automatiquement lorsque l’on recule à une vitesse entre 1,5 et 12 km/h. Le régulateur de vitesse, la reconnaissance des panneaux de signalisation et l’assistant de maintien de voie sont également très utiles.

BILAN

La Ford Explorer est avant tout grande et confortable. Malgré ses dimensions, il s'avère dynamique et rapide, tout en étant un représentant classique de l’American Way of Drive.

Texte: Markus Rutishauser/ww

Ce site internet utilise des cookies. En utilisant ce site internet, vous consentez à l'utilisation de cookies. Informations sur la protection des données